Actualités

Partager sur :
05 août 2021
Ecole

Le défi des étudiants de l'équipe iGEM 2021

Vue 15 fois

 

Produire une fragrance de violette durable : l'équipe iGEM Toulouse 2021 propose sa solution à travers le projet Elixio.

 

Après avoir réussi à atteindre la deuxième place du podium l’année dernière, une nouvelle équipe d’étudiants toulousains se présente pour la huitième fois à la compétition internationale iGEM (International Genetically Engineered Machine). Cette compétition se déroulant originellement au MIT (Massachusetts Institute of Technology) et maintenant à Paris est devenue une compétition incontournable en biologie synthétique pour les meilleures écoles et universités mondiales.

L’équipe iGEM Toulouse 2021 est composée de 6 étudiants de l’INSA Toulouse et de l’université Toulouse III - Paul Sabatier et est encadrée par des chercheurs et des doctorants venant du TBI (Toulouse Biotechnology Institute), du CBI (Centre de Biologie Intégrative) et du LRSV (Laboratoire de Recherche en Sciences Végétales)

En quoi consiste iGEM ? Cette compétition regroupe des équipes d’étudiants du monde entier devant répondre à une problématique environnementale et/ou sociétale préférentiellement locale grâce à des systèmes biologiques innovants. Cette année, 364 équipes venant de tous les continents participent à la compétition.

Durant la période de réflexion guidant le choix du sujet, les étudiants se sont particulièrement intéressés à la fleur emblématique toulousaine, la violette. Cette fleur est une fleur dite muette, car sa fragrance ne peut être extraite à partir de la fleur et est donc actuellement produite de façon pétrochimique. Le souhait de l’équipe est donc d’arriver à reproduire cette fragrance par un procédé biotechnologique respectueux de l’environnement.

Pour ce faire les étudiants ont conçu une coculture entre deux microorganismes, une levure et une cyanobactérie, produisant chacun une partie de la fragrance de la violette. La cyanobactérie est capable de se développer avec de la lumière et du CO2 et de produire de quoi alimenter la levure. La levure produit du CO2 durant son développement pouvant être utilisé par la cyanobactérie. Cette coculture permettra ainsi une production durable de la fragrance de la violette.

 

  • Pour les suivre, rendez-vous sur les réseaux sociaux : @IGEM Toulouse (Facebook), @IGEM_Toulouse (Twitter), @igem_toulouse (Instagram).
  • Contact : Camille Pin    /    Téléphone : 06 46 55 40 34      /     Mail : igem.toulouse @ gmail.com 

 

[Source : site INSA Toulouse]




J'aime

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.

Proposer une actualité